Une grille d’auto-évaluation pour concevoir et réaliser un projet de recherche interdisciplinaire

La recherche interdisciplinaire ne s’improvise pas. Du fait de sa complexité intrinsèque et de l’investissement qu’elle nécessite pour aboutir à des résultats non seulement incertains, mais parfois difficilement valorisables, elle requiert une rigueur méthodologique renforcée. Pourtant, si de nombreux chercheurs apprennent en participant à des travaux interdisciplinaires, ils manquent de temps pour capitaliser leurs expériences et en faire des connaissances partageables, et si la bibliographie sur l’interdisciplinarité est de plus en plus fournie, elle demeure souvent théorique. Il n’existe donc pas de guide pratique de type Vade mecum auquel se référer lorsqu’on se lance dans un projet de recherche interdisciplinaire.

Or ce type de projet de recherche peut être comparé à un marathon : sans préparation adéquate, le néophyte aussi doué soit-il se heurte au mur et ne réalise pas son potentiel. Certes, il n’y a pas de méthode unique et infaillible pour mener à bien un projet de recherche interdisciplinaire, qui repose sur un équilibre délicat entre compétences disciplinaires et compétences transversales (les soft skills), savoir-être,expérience et affinités interpersonnelles au sein d’un collectif interdisciplinaire ad hoc, sachant que la recherche interdisciplinaire peut avoir des buts très divers et prendre des formes variées. Reposant sur des contextes spécifiques à chaque projet et souvent tributaire d’impondérables humains, le processus de production d’une recherche interdisciplinaire n’est donc pas intégralement maîtrisable. Toutefois, il y a certaines clés de succès sine qua non à connaître, et si les réunir ne garantira pas la réussite, les négliger vous fera perdre du temps et de l’énergie, et les ignorer vous mènera à l’échec.

En pratique, l’accompagnement de collectifs pluridisciplinaires et de projets de recherche interdisciplinaires nous a permis d’observer trois types de manques, correspondant tantôt à des besoins exprimés, tantôt à des attentes implicites des chercheurs :

– un manque de définitions et d’éléments de langage qui permette d’expliciter l’originalité et la pertinence d’un projet interdisciplinaire (prérequis théoriques),

– une attente d’outil simple qui aide à la rédaction, au montage, à l’animation, à la réalisation et à la valorisation d’un projet de recherche interdisciplinaire (soutien pratique),

– un besoin de références accessibles qui permettent d’aller plus loin dans la pratique de l’interdisciplinarité (ressources complémentaires).

Forte de ces constats, la Mission Interdisciplinarité(s) a élaboré une grille d’auto-évaluation pour améliorer la prise en compte de l’interdisciplinarité dans un projet de recherche. Sous forme de check-list, elle vise à guider pas à pas tout porteur de projet de recherche interdisciplinaire, quelle que soit sa discipline d’origine, sa connaissance ou son expérience préalable de l’interdisciplinarité, dans la mise en œuvre d’une approche interdisciplinaire intégrée, de la phase d’élaboration de son projet de recherche à sa phase de valorisation. Nous avons aussi ajouté une phase de questionnement et d’appropriation afin que chaque porteur s’interroge sur le sens et les implications de sa démarche, et se positionne par rapport à la définition générique de la recherche interdisciplinaire. Enfin, nous avons inclus une sélection de liens utiles à chaque étape, et introduit cette grille avec un propos préalable qui donne les postulats de départ(notamment les définitions) et explicite notre approche. Celle-ci se veut donc tournée vers les besoins des utilisateurs dans leur diversité donc accessible (d’où la forme choisie de grille) mais aussi exhaustive en termes de contenus (tout en restant axée sur la pratique interdisciplinaire), par la mise à disposition d’un outil « tout-en-un ».

Comme le disait Paul Valéry : « Ce qui est simple est faux. Ce qui est compliqué est inutilisable » (Œuvres II, 1942). Nous espérons donc avoir déjoué ces deux écueils avec ce Vade mecum (un terme étymologiquement approprié à la mise en action d’un collectif pluridisciplinaire) qui se veut à la fois :

– un support pratique (qui permette l’amélioration de la qualité des projets interdisciplinaires soumis aux appels à projets, et la facilitation de leur mise en œuvre en anticipant les difficultés de la recherche interdisciplinaire, d’où une plus grande efficacité et de meilleurs résultats)

– et un support à visée pédagogique (renforcement des compétences en termes de montage de projets interdisciplinaires, introduction aux prérequis de l’approche interdisciplinaire dans le cadre de la formation doctorale…).

Nous vous en souhaitons bon usage ; n’hésitez pas à partager vos retours d’expérience sur ce carnet !

Accédez à la grille d’auto-évaluation pour améliorer la prise en compte de l’interdisciplinarité dans un projet de recherche.



Citer ce billet
Flore Nonchez (2024, 18 avril). Une grille d’auto-évaluation pour concevoir et réaliser un projet de recherche interdisciplinaire. L’interdisciplinarité dans les sciences. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://crossdisciplines.hypotheses.org/646

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search