Les enjeux des Jeux. Pratiques sportives, patrimoine naturel et transition. 13-17 mai 2024

Quelques jours après l’arrivée de la flamme olympique dans le port de Marseille, la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-Marseille Université-CNRS) et la Maison des sciences de l’homme et de la société du Sud-Est (Université Côte d’Azur et Université de Corse) ont organisé du 13 au 17 mai l’une des six rencontres du cycle des « Enjeux des Jeux » du réseau national des maisons des sciences de l’homme. Il s’agissait, dans une perspective à la fois interdisciplinaire et d’échanges avec une pluralité d’acteurs non académiques, d’examiner l’histoire et l’évolution des usages de loisirs sportifs dans les espaces naturels, en mettant l’accent sur les préoccupations environnementales. Ce fut l’occasion de mettre en question la notion de « transition » développée par Rob Hopkins et sur laquelle les sciences sociales peinent à s’accorder sur une définition cohérente. La manifestation qui a rassemblé 67 participants s’articulait entre deux temps distincts.

La première partie du 13 au 15 mai 2024 était consacrée aux XIIe rencontres sur le patrimoine sportif. Ces rencontres qui se déroulent chaque année depuis 2011 rassemblent des chercheurs en sciences sociales, des professionnels du patrimoine, des artistes, des acteurs du milieu sportif (athlètes entraîneurs, supporters, journalistes) et des élus afin de dialoguer sur les enjeux mémoriels et patrimoniaux suscités par les pratiques sportives. Les activités nautiques, en résonnance avec les épreuves olympiques qui se dérouleront à Marseille, ont été mises à l’honneur au travers de tables-rondes et de conférences. La variété des interventions le plus souvent centrées sur le littoral de la France méridionale, avec toutefois quelques points de comparaison nationaux et internationaux, a montré à quel point les pratiques nautiques étaient ancrées dans les cultures locales, hier comme aujourd’hui. Il a été rappelé, en écho à l’exposition « Sur la vague des Jeux » présentée en parallèle de la manifestation, que d’abord réservées aux élites, les activités nautiques connaissent une démocratisation progressive portée par le souffle de l’hédonisme mêlé aux aspirations à la liberté en harmonie avec la nature. Historiens et anthropologues ont souligné que cet esprit prévaut particulièrement dans les années 1970 et favorise la diffusion des « sports californiens » (surf, planche à voile, kite-surf…) valorisant toutes formes de glisse et imprégnant fortement la culture contemporaine, bien au-delà du seul cercle des pratiquants. Les techniques corporelles et matérielles qu’impliquent les sports nautiques, bien étudiées par les spécialistes des sciences du sport, n’ont pas cessé d’évoluer au service non seulement de la performance, mais aussi d’une plus grande accessibilité documentée par les travaux de la sociologie.

Un tel essor des pratiques n’a pas été sans incidence sur les espaces littoraux. Plages, ports, bases nautiques en sont désormais les jalons, points d’ancrages des activités nautiques mais aussi espaces structurants de la vie sociale. La table-ronde consacrée aux « politiques sportives et aménagement du littoral » a permis à des historiens et des géographes d’éclairer les dynamiques à l’œuvre qui ne résultent pas seulement des pratiques, mais relèvent aussi d’orientations politiques dont les enjeux dépassent le sport. La table-ronde a d’ailleurs été l’occasion de mettre en exergue les tensions que peuvent susciter le déploiement de politiques publiques dont la légitimité est parfois mise à l’épreuve de la recherche en sciences sociales. Ces tensions ont aussi été perçues lors de la table-ronde « les Calanques, un patrimoine sportif à préserver », au cours de laquelle les analyses souvent convergentes des historiens, géographes et sociologues sur la question notamment des « conflits d’usage » ne reçoivent pas toujours un écho favorable de la part de ceux qui pratiquent ou administrent le territoire. Le dialogue n’en a pas moins été fructueux mettant en réflexion la notion même de patrimoine naturel, apparu dès le début du XXe siècle et qui ne se réduit probablement pas aux seules définitions données par des instances nationales ou des organisations internationales. Les chercheurs en sciences sociales sont à même d’étudier les sensibilités et les représentations collectives qui conduisent à l’intégration du patrimoine naturel au sein de la culture sportive entendue comme une modalité de la culture de masse.

Ces réflexions se sont poursuivies lors de la seconde partie du Congrès « Les enjeux des Jeux. Pratiques sportives, patrimoine naturel et transition » laquelle s’est déroulée les 16 et 17 mai 2024 au Mucem Lab. Organisé sous forme de journées d’études, ce deuxième temps a réuni des universitaires qui ont confronté leurs points de vue et leurs analyses.

À l’appel du conférencier invité, les participants ont « interrogé » le concept de « transition », plus précisément la diffusion et l’usage de ce « mot valise » devenu catégorie de l’action publique … censé se substituer à celui de « développement durable » désormais jugé trop imprécis et souffrant d’opérationnalité ?

Pour faire écho aux questionnements plus historiques développés lors des premiers jours, quatre sessions ont été proposées : « Politiques d’aménagement du territoire et transitions », « Pratiquants et transitions : vers un renouvellement des usages sociaux ? », « Les socio professionnels des loisirs de nature face à la transition » et « Innover pour une transition dans les “sports de nature” ».

A partir d’une diversité d’études de cas et de données empiriques – sans toutefois prétendre à l’exhaustivité -, ces journées ont permis d’analyser la façon dont différentes catégories d’acteurs engagent ou non des changements dans leurs « pratiques », sans les concevoir comme des « transitions ».

Il a été question d’infrastructures « touristico-sportives » à partir de l’exemple des stations de ski – un secteur économique toujours très soutenu par les pouvoirs publics – mais également d’un projet d’implantation de port de plaisance qui donne lieu, localement, à des controverses et des contestations. Deux cas qui permettent d’appréhender le rôle et le poids du politique.

A propos des usagers récréatifs et sportifs de la nature, a été discutée l’hypothèse que ces derniers, dans leur ensemble, seraient « naturellement » plus sensibles aux enjeux écologiques. Une évidence pas si simple et bien plus complexe en réalité. Parmi ceux-ci, une catégorie spécifique – les minimalistes -, a fait l’objet d’une analyse particulière qui conduit à caractériser leur démarche comme une ambivalence entre utilitarisme – optimisation, bien-être – et orientations plus politisées – sobriété, simplicité volontaire -.

Les socio-professionnels, acteurs de l’offre sur les espaces naturels, ont engagé, eux aussi, des changements. Pour autant, chez ces derniers, on identifie plusieurs stratégies. Si pour certains, il s’agit de stratégies réactionnelles, pour d’autres ce sont des pratiques d’atténuation en faveur d’une adaptation durable qui sont conduites. Cette analyse distinctive de stratégies peut être enrichie par le prisme de l’étude des propriétés sociales des agents, notamment la question du genre et celle des socialisations.

Parmi les acteurs des « sports de nature », on trouve également des organisateurs de manifestations sportives. Ces dernières génèrent une pression sur l’environnement. S’il existe des « cadres juridiques », permettant de réguler ce type d’activité, il apparait que nombreux sont les organisateurs qui s’engagent au-delà de la nécessité de respecter les prescriptions existantes. Dans le même temps, d’autres semblent dans l’incapacité de les mettre en œuvre ou même les « ignorer ».

La question de la seconde vie des articles de sport est un enjeu dans notre société. Ce dernier n’échappe pas au secteur des « sports de nature » dont les pratiques exigent souvent de nombreux accessoires sportifs. Entre convictions écologiques et marché florissant, les réalités sont diversifiées et contrastées.

Les différentes présentations et les échanges entre chercheurs de diverses disciplines auxquels se sont mêlées des acteurs de terrain ont permis de nourrir la réflexion sur les deux notions clés de « patrimoine naturel » et de « transition » à l’aune d’études portants sur les pratiques sportives. La variété des terrains d’étude et des méthodologies mises en œuvre a démontré la valeur heuristique et épistémologique d’une démarche qui ouvre vers l’élaboration d’un questionnaire commun nécessaire au développement d’approches transdisciplinaires. La perspective de l’organisation des Jeux olympiques d’hiver en 2030 par les Alpes françaises ne manquera pas de nourrir le débat sur les thématiques abordées lors de la manifestation et invite les chercheurs à poursuivre le travail en prenant aussi en compte les notions d’héritages et de durabilité mises en avant par les acteurs de terrain.

Stéphane Mourlane (Aix-Marseille Université)

Ludovic Martel (Université de Corse)

Programme détaillé de l’événement : Programme Edj

Crédits photographiques de l’image “à la une” : Affiche du projet lauréat AMII les enjeux des jeux, 2024, droits réservés.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lola Maraninchi (6 juin 2024). Les enjeux des Jeux. Pratiques sportives, patrimoine naturel et transition. 13-17 mai 2024. L’interdisciplinarité dans les sciences. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://crossdisciplines.hypotheses.org/833


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search